jeudi 24 juillet 2014

Go go Japan 2.0 : 花 の ダイアリー 2014! #1 (le journal 2014 de Hana au Japon #1)

(Tu voulais voir les nuages, et bien tu verras les nuages.)


[Retour, inattendu il y a quelques mois seulement, du journal de bord de mon séjour au Japon ; je l’organiserai différemment cette fois-ci pour éviter les doublons avec les articles de l’an passé, et privilégierai plutôt les comptes-rendus en fonction des lieux visités que des dates, quitte à me permettre quelques brisures temporelles de temps à autre.
Voilà, c’était l’introduction fascinante du moment.]

Alors que cela faisait deux jours que foulais pour ma seconde fois la terre tokyoïte, il était déjà temps de repartir pour un peu de grimpette. J’avais réservé une place dans un groupe pour gravir le mont Fuji voilà quelques semaines ; je ne suis pas friande des voyages organisés, mais en bonne montagnarde novice la présence d'un guide me paraissait plutôt rassurante. S’y prendre à l'avance semble indispensable car les places sont chères et l’on n’a pas toujours le choix de la date. Une randonnée de plus de 15 heures à peine remise de mes 13 heures de vol, idée fantastique, mais au diable mes appréhensions ! Je suis jeune et en bonne santé, à ce qu’on m’a dit.

Réveillée dès cinq heures du matin afin de finir de préparer mon sac, je sentais l’excitation et l’appréhension monter lentement le long de ma gorge. Le point de rendez-vous se trouvait à Shinjuku une couple d’heures plus tard, et pour une fois je ne suis pas arrivée en retard… 
Le trajet durait suffisamment longtemps pour prendre un peu de repos, malgré monsieur le coordinateur de randonnée (je ne sais toujours pas en quoi ce rôle consiste, en fait) qui passait son temps à nous raconter micro à la main mille et une choses fascinantes, comme quelques considérations sur la taille de sa boisson Starbuck  à la fraise (idéale pour se rafraîchir, apparemment. Merci monsieur le coordinateur). Notre groupe eut quartier libre pour acheter souvenirs et nourriture avant la randonnée ; pour ma part je me suis précipitée sur un bâton de pèlerin en bois sur lequel on pouvait apposer un timbre pyrogravé à chaque étape moyennant quelques centaines de yens. Je me suis ruinée là-dedans, mais il me les fallait tous, évidemment. Mon côté dresseuse de Pokemon qui ressort, j’imagine.
(J’ai également croisé un nid d’hirondelle, avec un oisillon qui sortait son petit bec pour réclamer de la nourriture…)

La bête.
L’ascension se déroule en plusieurs parties. Notre car nous conduisit jusqu’à la cinquième étape, qui se trouve à un peu plus de 2300 mètres. De là, nous en avions pour 5 ou 6 heures de marche avant l’étape intermédiaire, où nous attendait un repas chaud et un sac de couchage pour dormir un peu (vers 2900 mètres d’altitude). Ensuite, nouveau départ à 22 h 30, pour encore 5 ou 6 heures de marche avant le sommet et le cratère (plus de 3700 mètres), puis la descente (et 4 heures de marche pour celle-ci).




C’est avec le sourire que tout commença, malgré la brume qui empêchait de bien apprécier le paysage environnant. Pour autant, se sentir grimper au milieu des nuages a également beaucoup de charme. L’univers est blanc ou gris, et l’on ne voit plus ni le ciel ni la terre, juste le chemin à suivre. Un monde ascétique, donc.
Au fur et à mesure que l’on avance, on sent l’air se refroidir un peu et le vent devenir de plus en plus puissant, mais rien de bien insoutenable avant notre halte de mi-parcours. Cette fraîcheur est même bienvenue après la moiteur tokyoïte. Notre traducteur, Take, nous avait prévenus qu’il serait sans doute impossible de faire le tour du cratère une fois arrivés au sommet à cause de la neige ; nous parler de neige en plein mois de juillet à Tôkyô ! Quel est donc ce concept improbable que celui de neige dans le Japon estival ?

Allons allons, fainéants.

Quoi qu’il en soit, c’est avec bonheur que l’on voit le gîte se rapprocher, et les pyrogravures s’amasser sur le bâton de pèlerin. Vers 17 heures, j’ai enfin pu avaler mon premier vrai repas de la journée ; rarement omelette m’aura paru si savoureuse. Et sac de couchage si confortable.
L’ambiance dans le groupe était plutôt bonne. On entendait toutes sortes de langues et d’accents, de l’allemand, de l’espagnol, du québécois, de l’anglais (évidemment, nouvelle langue universelle), quelque chose qui ressemblait à du serbe, du suédois (je crois…), du chinois…J’ai bêtement joué les fangirls sur deux jeunes gens qui se sont rapprochés pendant notre parcours, et qui étaient absolument adorables ensemble. Je les imaginais déjà se souvenir de leur première rencontre plusieurs décennies plus tard, tu te souviens, au mont Fuji… des étoiles de leur amour naissant au fond des prunelles (oui, achevez-moi s’il vous plaît).
Bon, et sortie de groupe oblige, j’ai aussi eu droit aux gros ronfleurs dans le dortoir. Mais qu’importe.

Omelette du fromage. Et ma soupe miso a des yeux.
Notre seconde sortie a été le moment favori de ma randonnée. Le ciel nuageux oscillait entre plusieurs nuances de noir profond et de gris sombre qui s’entremêlaient en de subtiles volutes d’encre à la lumière de nos lampes-torches, comme un négatif de cette peinture chinoise que j’aime tant.

Yu Jian, Village dans la brume.
Je ne faisais même plus attention à mon corps et aux efforts que je faisais pour grimper tant j’étais absorbée par ce paysage ou plutôt par cette absence de paysage, le direct opposé de ce coucher de soleil flamboyant de Bretagne durant lequel je m’étais baignée au mois de juin ; une autre sorte d’océan composé de nuages et de néant.
Par moments je pensais au Purgatoire de Dante, j’imaginais cette montagne comme celle que gravissent les pécheurs dans l’espoir de leur rédemption, où les fragiles lueurs que transportent les hommes en quête du fameux lever de soleil se confondent avec celles, plus éthérées, des âmes repenties en quête d’éternité. Le silence dans lequel nous étions plongés, parfois troublé par les morsures erratiques des bourrasques de haute altitude, invitait à rentrer en soi, et si le vent asséchait mes larmes avant qu’elles ne roulent le long de mes cils, mon cœur, lui, battait au rythme d’un délicieux sanglot.

En revanche, la dernière partie de la montée fut terrible. Je vacillais sur mes jambes à cause du vent glacial que quatre couches de vêtements ne parvenaient pas à freiner. L’effort, la fatigue, la légère peur du vide, tout me paraissait insupportable, mais, mais…








…difficile de dire que ce bref désespoir n’en valait pas la peine. Je passerai donc sous silence l’agonie de la descente pour ne pas gâcher la magie de ces quelques photos-souvenirs. 

Je me suis même acheté un fuji-pudding pour fêter ça.
Et parce que même à 3000 mètres d’altitude, ton bâton de pèlerin peut être kawaii.

lundi 7 juillet 2014

CLXXV ~ Lorina Liddell à la Japan Expo

Souvenirs.
En ce premier lundi de juillet, les événements lolita du mois sont déjà derrière moi. Et comme à chaque fois, je ne les ai pas vus passer du tout.

Pour commencer, à l’occasion de la Japan Expo, j’ai aidé les gérants de la boutique Lorina Liddell à tenir leur stand. Sincèrement, ce fut épuisant, mais j’en garde tout de même déjà un très bon souvenir. J’étais heureuse de graviter entre plein de belles choses, et surtout de me sentir utile. J’ai adoré accueillir nos visiteurs avec le sourire, voir certains regards pétiller devant les petites merveilles que l’on vendait (parce que franchement, si j’avais pu acheter la majeure partie du stand, je l’aurais fait sans hésiter), discuter avec certaines personnes que je connaissais ; même la maintenance pure et dure, comme l’étiquetage et le rangement, me mettait du baume au cœur. (Bon, j’ai aussi eu très mal aux pieds et le bruit me rendait nerveuse par moments, de toutes façons on n’est jamais mieux qu’au calme sous sa couette, mais vous voyez ce que je veux dire.)


Le collier papillon que vous voyez tout à droite a été mon premier grand coup de foudre de cette Japan Expo. Il est fait de bois peint, et je lui trouve un côté joujou rétro un peu creepy que j’apprécie beaucoup. Je suis restée sage parce que le Japon ces prochaines semaines appellera des dépenses beaucoup plus importantes, mais l’avoir sous les yeux en permanence a été un bien doux supplice ! Les bijoux de ce stand, de manière générale, étaient tous superbes.


(J’ai porté le collier de gauche pour mon deuxième jour, je l’ai appelé Méphisto-kun.)

Une vue globale du stand prise par notre grand chef, Motohiro-san.

Clafou-Chloé et moi jouons les mannequins de main.

À gauche, mon deuxième coup de cœur, une boucle d’oreille écureuil volant, conçue de telle sorte que l’on dirait que cette petite bête s’accroche à votre lobe d’oreille. Un écureuil volant qui s’accroche à votre oreille. Qui a eu cette idée incroyable, que je le félicite, que je le glorifie ? (Et à droite, un aperçu de nos such hangers much kawaii.)

Incredible staff.

(Motohiro-san et moi-même. Du coup, j’ai eu la chance de porter le dernier imprimé d’Atelier Pierrot, toujours en réservation pour le moment. Pas du tout ce que j’ai l’habitude de porter, mais visuellement très impressionnant.)

Bon, et ma préférée, ma tenue du défilé d’Enchanted encore améliorée avec cette blouse sublime.
Bref, de beaux vêtements, de beaux souvenirs, que demander de plus.
Je tenais aussi à remercier les quelques lectrices de ce blog qui sont venues me dire quelques mots alors que je tenais le stand ou que je zieutais les goodies Sailor Moon de chez Spinns, vous rencontrer même brièvement m’a vraiment fait plaisir, et je suis contente de pouvoir mettre des visages sur quelques pseudonymes que j’ai croisés par ici. Et puis merci à Yumi-san et Motohiro-san de m’avoir fait confiance, je suis contente d'avoir pu vivre ces trois jours avec eux.

(Bonus éminemment nécessaire.)

Et un peu de Kokusyoku Sumire pour finir. 

lundi 30 juin 2014

Random poupee girl appreciation IX ~ Bientôt les vacances.

Inspirée par ma chère Nokturnal qui a recommencé à habiller son petit avatar, je profite de mes pauses déjeuner pour me projeter dans de futurs voyages à travers ma Pupe. Plus qu’une semaine, et je pourrai enfin goûter au repos ! Mais en attendant… 

Jour I : Japon ! Dans deux semaines exactement,  je me trouverai dans l’avion pour y retourner, à me demander toutes les deux minutes à quel moment je vais mourir. Et je profiterai d’un festival en yukata.



Jour II : Dans les Alpes en mori. À vrai dire, cela fait un an que je rêve de passer quelques jours d’été au Liechtenstein, au milieu de nulle part, avec de bons livres, des fleurs et des écureuils.



Jour III : Quelque part en France, à regarder les étoiles en Gunne Sax avec une bonne thermos de thé. Les plaisirs simples de la vie, en quelque sorte. Plus sérieusement, je suis contente d’avoir pu voyager un peu plus en France cette année, j’espère continuer ces prochains mois à découvrir d’autres villes et régions que je connais peu sinon pas.

Cette dentelle !

Jour IV : La plage de Malte. Avant de changer totalement de cap et de prendre mes billets pour l’Asie, je voulais partir visiter Malte et la Sicile. Les balades dans les villages méditerranéens et les couchers de soleil en bord de mer me tentaient bien… Ce sera pour une autre fois !



Jour V : Un peu de lolita à Paris, pour ces événements que je ne vois pas du tout arriver avec une légère appréhension. Au moins, ma Pupe est jolie en loli.

vendredi 27 juin 2014

CLXXIII

Parce que c’est joli (et c’est de Masaaki Sasamoto).
Franchement, en ce qui concerne la gestion de mon argent, je suis assez fière de ces dernières semaines. J’ai réussi à calmer mes pulsions dépensières, ou alors à simplement me restreindre à deux ou trois euros de temps en temps dans des librairies d’occasions. 
À vrai dire, j’avais craqué pour une robe des années 1930 au début du mois, mais mon amour violent pour cette merveille est tout à fait explicable d’un simple coup d’œil (même si c’est… rose).


Manque de chance, la boutique où je l’ai achetée l’a ruinée en essayant de retirer une tache qui se trouvait dessus, j’ai donc été remboursée et me suis rabattue la larme à l’œil sur deux autres petites choses pour me consoler (et j’y ai gagné pas mal de piécettes).

 
Gunne Sax lace monster et Old Emblem de Meta.
Même si l’idée que cette robe soit à jamais perdue me désole, je me rassure en me disant qu’au moins j’aurais de nouveaux vêtements aisément portables pour la rentrée (comme si j’en avais besoin). Et puis je lorgnais cette jupe depuis longtemps, depuis que j’ai vu Camille la porter il y a bientôt deux ans à vrai dire. Un peu de preppy ne fait jamais de mal.

Mais comme on devine facilement que je suis une éternelle insatisfaite… Je rêve de ces boucles d’oreille depuis plusieurs jours. Des lunes d’eau : on ne se refait pas.

Trouvé sur le Deviantart d’une créatrice allemande, semble-t-il.
Je suis plutôt insensible à la silhouette lolita depuis quelque temps, tout tourne en rond et m’ennuie, je rêve de quelque chose de plus dramatique et adulte. Ma vie change, et je ne me reconnais plus vraiment dans la carapace du jupon, même si j’aime toujours autant le style, du moins son esprit. Tout le ram-dam autour des événements de juillet me laisse presque de glace, même si je suis très contente d’assister à la plupart d’entre eux. Je n’ai pas envoyé de message pour participer à une quelconque tea-party parce que j’avais complètement oublié les dates limites de candidature. J’étais occupée ailleurs. Je me baignais au crépuscule. J’ai vu l’or rose des rayons d’Hélios évanescent danser entre les vagues, et je me suis baignée alors que l’Étoile disparaissait à l’horizon. Le ciel devenait cobalt, on ne discernait plus l’eau de l’air, et je flottais sur le dos, les tympans dans la mer et le regard vers la voûte céleste. Cette perfection de l’espace et du temps, ce moment où tout semble suspendu, la communion avec les éléments ; à côté de tout cela, si peu de choses ont d’importance.
Je retrouve des pensées, des sentiments que j’avais enfouis, et je réalise avec une certaine mélancolie que le lolita est à des lieues de tout cela. J’ai toujours clamé aimer le vêtement pour ce qu’il dit de l’âme, pas pour sa fonction sociale. Et pour une raison quelconque, je n’arrive plus à voir dans le lolita un moyen d’expression, mais juste une course vide et creuse à l’originalité et aux mondanités. Peut-être ai-je tort, à vrai dire je le souhaite, mais c’est ainsi que je le ressens.
Je sais que j’ai des choses à exprimer, d’une façon ou d’une autre. Ce blog, dans une toute petite mesure, en fait partie. Avoir la chance de poser comme modèle de temps en temps, ou encore de défiler dans des vêtements que je ne porterais pas spontanément, m’aide aussi à donner une réalité à ce qui me trotte dans la tête. Je travaille à faire plus, lentement, un peu trop précautionneusement à mon goût.

Enfin.


J’ai retrouvé la plupart de mes livres, de mes affaires. Il me manque juste du temps pour en jouir pleinement. En attendant, j’ai ajouté quelques liens sur le côté droit de ce blog, des sites sur lesquels j’aime flâner et lire un peu. Je vous recommande vivement le Tumblr d’Amourette, une illustratrice britannique dont j’apprécie beaucoup l’univers glauque et féminin.
Je me suis créé une nouvelle page Tumblr également, qui devrait être dédiée à mes séances de pose ; elle est vide pour le moment (trop occupée que j’ai été à lui trouver un nom… vraiment, j’y ai passé des jours, et je n’en suis pas tellement satisfaite quand j’y repense), mais devrait se remplir progressivement, avec des vieilleries pour commencer… Je pense que c’est un bon compromis à cette page FB que certaines amies m’avaient suggérée mais qui me gênait pour des raisons que j’ai expliquées il y a quelques mois. Je rajouterai le lien un peu plus tard, lorsqu’elle commencera à avoir un peu d’intérêt. 
Transparent White Star