jeudi 8 novembre 2012

XLVIII

Je me sens un peu lasse depuis le week-end dernier, où j'ai enfin pu revoir ma chère Nokturnal. J'étais certes heureuse de la revoir, mais ce fut vraiment trop bref... J'aurais bien continué à discuter durant des heures avec elle et sa moitié ; j'aime ces personnes où de brefs échanges, même banals, suffisent à faire naître une réflexion sur un sujet ou sur un autre, où on a vraiment une impression de partage et d'apprentissage. Elle me manque.
Après notre courte entrevue, j'avais commencé à réfléchir sur l'évolution de la communauté et son curieux désaccord avec ce qui fait, pour moi, l'âme du style. J'avais écrit un long pavé plus ou moins intéressant sur mes constats et mes déceptions, sauf que j'ai effacé le brouillon par mégarde juste au moment de le publier (intense frustration). Je n'ai jamais caché que j'étais déçue, même si je ne l'ai jamais vraiment claironné non plus ; mais ce vide, mon Dieu, ce vide... Les discussions sont surfaites car le débat est vu d'un œil mauvais (par peur de la discorde ou de la réflexion, je me le demande encore), les rares moments où l'on aborde les arts comme la littérature ou la peinture deviennent un moyen d'exhiber sa culture plutôt que de dialoguer, et la plupart du temps les conversations se résument à des sujets plaisants, drôles, qui divertissent sans avoir à trop user de sa pensée (en témoignent les nombreuses et diverses discussions sur les fameux « secrets », les partages amusés de bonnes trouvailles comme des préservatifs nounours, et bien d'autres choses). On parle beaucoup de vie quotidienne, aussi... C'est une communauté féminine, en somme, qui réunit tous les clichés qui m'agacent. Nul besoin de lire Molière s'il me suffit d'errer sur la communauté pour y trouver des précieuses ridicules. C'est tellement XVIIe.
Naïvement, j'assimilais le lolita à un courant intellectuel et artistique plus que vestimentaire. Je m'attendais à y trouver des jeunes filles qui le portaient parce qu'elle avaient des choses à exprimer dans ce monde plutôt que pour une histoire de goût personnel, de pure nostalgie de l'enfance. Même si la silhouette lolita est en elle-même un manifeste, je croyais qu'il y avait encore plus à apprendre si l'on cherchait ce qui se cachait derrière... Il semblerait que non. Je pense que c'est pour cela aussi que certaines prétendent avec tant de véhémence qu'il est possible d'incorporer diverses influences dans le lolita sans comprendre qu'en faisant cela elles le dénaturent : si on leur enlevait cette étiquette, il leur resterait peu de choses. Le lolita est devenu un microcosme à l'image de la société qu'il est censé rejeter : on y voit ses représentantes, ses moutons et ses têtes pensantes, les dernières n'étant pas nécessairement les premières. On y consomme tout autant qu'ailleurs, on souhaite la tolérance en colportant des ragots, on revendique sa différence en se copiant les unes les autres. La masse existe au sein même d'un mouvement contestataire... Voilà la tragédie créée par la diffusion d'informations à grande vitesse. Tout le monde peut se reconnaître dans n'importe quoi sans chercher à comprendre ce dans quoi il se reconnaît, et pourtant il se l'approprie et en réclame le nom.
Je ne prétends pas être supérieure aux autres. Je ne pense pas que ce que j'ai à dire vaut tant la peine d'être entendu, mais je cherche des gens auprès de qui je pourrai continuer à progresser. Je ne me reconnais pas dans une communauté qui ne vit que pour le divertissement, pour l'agrément entre personnes qui partagent les mêmes dentelles. Je ne m'aime pas lorsque je ne fais que me divertir ; je m'aigris, et m'enferme sur moi-même. Ma présence dans cette communauté, maintenant que je suis persuadée d'en avoir fait le tour, n'est due qu'à de mauvaises raisons. J'espère un jour avoir le courage de m'en détacher plutôt que de continuer à la critiquer dans le vide.

24 commentaires:

  1. Il m'a fallu plus de 3 ans pour quitter la com' mais tu l'as peut-être remarqué pour moi c'est fini les forums, les secrets, les DL etc parce que je trouve tellement que la com' lolita se tire vers le bas... Je suis d'accord avec toi pour cet article même s'il existe encore quelques exceptions !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, heureusement il existe des exceptions. J'ai fait de belles rencontres dans la communauté, mais elles se raréfient comme toutes les personnes intéressantes décident de la quitter. On verra bien...

      Supprimer
  2. *applaudit*

    Je comptais aborder le point du "microcosme à l'image de la société qu'il est censé rejeter" dans un futur post, mais tu l'as bien mieux décrit, avec les mots que je cherchais sans les trouver.

    RépondreSupprimer
  3. <3 merci pour cet article très intéressant à lire :)
    Il y a deux ans, j'avais étudié un texte de recherche sur les "communautés" (avec des exemples comme la communauté de fans apple, la communauté des Bikers Harley Davidson...) et il y a plein de points où j'ai pensé aux communautés dont je fais partie.
    Il faudrait que je le recherche pour essayer de faire des liens avec ce qu'on voit aussi dans la communauté lolita !
    Dans toute communauté, je pense qu'une "dérive" (ou "évolution" si on veut s'efforcer d'etre neutre) est inévitable...
    Bref, comme je te l'ai dit sur facebook en commentant ton post, je vais y réfléchir et je reviendrai vers toi si ma réflexion aboutit à quelque chose d'utile...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait très intéressant si tu retrouvais cet article ! J'ai hâte de lire ce que tu tireras de ta réflexion.

      Supprimer
  4. Très bel article encore une fois, autant au niveau du fond que de la forme...je réalise maintenant que tu le dis qu'on a vraiment tendance à considérer hautain les gens qui aspirent à des discussions, des pensées, des échanges supérieurs alors que souvent la démarche est faite en toute humilité, par envie d'apprentissage. Aujourd'hui au contraire on cultive le dicton "moins on a de confiture..."
    Je pense que le lolita est devenu aujourd'hui comme la mode emo/gothique/etc... tous ces styles alternatifs auxquels s'essayent les ado qui veulent se démarquer mais qui au final s'enfoncent dans un mini-schéma de la société classique comme tu le dis, comme une caricature avec de gros traits qu'on ne fait qu'effleurer en surface puisqu'on sait que ce ne sera qu'une passade, même si on crie haut et fort le contraire "je connais tout du lolita, je connais le lolita depuis 10 ans au moins".
    Je suis loin de l'image de la lolita idéale, cultivée, raffinée et délicate...mais j'ai toujours eu la conviction que le lolita était un style qu'on embrassait entièrement, qu'on respectait le temps qu'on l'adoptait, pour le reposer avec révérence ensuite comme une poupée de porcelaine sur son étagère avant de passer à autre chose et d'en garder un beau souvenir. Aujourd'hui le lolita on le taggue avec des bombes de peinture, on le vandalise, on le porte à l'envers en courant et en criant partout, et quand on en a assez de jouer avec sa Barbie chauve, on le jette et on s'en moque ouvertement...enfin voilà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'utilise souvent l'expression "moins on a de confiture, plus on l'étale", elle se vérifie vraiment dans beaucoup de milieux (je peux te dire qu'en fac de philo, ça pullulait u_u). Je pense que c'est un mal particulièrement courant dans notre monde occidentalisé, où il est possible pour n'importe qui de prendre la parole sans avoir quelque chose d'intéressant à dire. Je m'attendais à mieux pour le lolita, mais comme tu le dis, ça devient vraiment un phénomène de surface, et donc souvent d'ostentation.
      Je te connais très peu au fond mais c'est toujours un plaisir de te voir poster des tenues ou donner ton avis, tu as une patte bien à toi, très otome, qui fait du bien au milieu de ce néo-lolita artificiel et infantilisant, et tes avis sont toujours organisés et construits. C'est surtout ça qui me choque dans la communauté en fait : le néant dans la construction du dialogue. Ce n'est pas parce que la lolita peut se définir par son apparence qu'elle doit mettre sa pensée en jachère. Les choses légères comme le vêtement ne sont pas incompatibles avec une certaine profondeur d'esprit, surtout dans un style où ce vêtement est empli de tant de références et presque de symbolisme. Tu es totalement dans le vrai lorsque tu dis qu'on porte le lolita à l'envers, et je trouve que c'est une très belle formulation du mal qui le ronge.

      Supprimer
    2. Je trouve ça vraiment étonnant, je m'attendais à ce que dans des domaines comme la philo les esprits soient relativement ouverts et curieux, après tout toutes les théories sont bonnes à prendre, il est bon de bouleverser un peu sa façon de voir les choses, après on est libre ou pas de garder son opinion. Enfin on voit bien que ce n'est plus le cas dans beaucoup de domaines et c'est dommage, ce n'est pas en campant sur nos positions que l'on évolue.
      Ha je ne suis toujours pas habituée à recevoir des compliments surtout venant de toi, mais ne te leurre pas, je profite justement d'internet pour faire des phrases construites alors que dans la vraie vie je serais plutôt du genre "Lol ! Yolo quoi tavu tsé !" ...Bref
      Et donc justement être derrière son écran devrait permettre une réflexion comme tu le dis, puisque l'on a tout son temps pour écrire une phrase construite avec du sens, prendre du recul sur les choses etc...et pourtant sur Facebook c'est tout le contraire. Au risque de passer pour une "vieille" à 25 ans je trouve ça vraiment bizarre cette génération de maintenant, qui a accès à autant d'information et à autant de moyens de communication, mais qui ne sait plus chercher, expérimenter et réfléchir. Les "anciennes" leur ont déblayé le chemin, il y a moult tutoriaux pour commander en ligne sur les sites japonais, comment utiliser les intermédiaires et les sites d'enchères, comment éviter les pièges et les arnaques, mais non, on va acheter chez Milanoo ou des replica chez Oojia (et je rentre même pas dans les détails avec le handmade et offbrand)...je crois que je me répète xD
      Pour revenir au dialogue, comme on disait avec Chantilly qui reçoit régulièrement des attaques suites à ses post sur son blog, il n'est même pas question de réflexion ordonnée dans le sens où les gens n'ont même pas pris l'effort d'essayer de lire son texte correctement, mais ne font que filtrer et comprendre ce qu'ils veulent bien voir...dans ce cas, aucun dialogue n'est possible !

      Supprimer
    3. Je te rassure l'écran m'est utile aussi x) Au quotidien je suis vraiment trop bavarde et mes mots dépassent souvent ma pensée, c'est pourquoi je suis contente d'avoir un moyen de mettre de l'ordre là-dedans... Et c'est sans doute pour ça que je suis aussi sensible au peu d'efforts d'autres personnes, alors que se retrouver seul avec soi-même est une chance formidable ! Je ne comprends même pas qu'on ne veuille pas la saisir. J'avoue que ça me dépasse.

      Supprimer
  5. D'un autre côté, ce que je me dis parfois c'est que toutes les Lolitas ne vont pas nécessairement chercher leurs "doses" de culture, de réflexion etc dans leurs dentelles. Au contraire, le Lolita revêt un grand côté défouloir, je pense vraiment au culte de l'esthétique qui est pourtant d'une futilité sans bornes. Sauf que quand on s'imprègne d'esthétique, on n'a pas forcément la sensation que la source en est idiote. Elle ne donne à voir que des choses visuelles et on se persuade que seul un certain intellect peut être derrière, et souvent on n'a pas tort. Est-ce que la beauté est franchement intelligible malgré tout ce qu'elle semble apporter. Mais comme tout défouloir, il y a la culpabilité qui va avec.

    En somme donc on peut admettre que certaines filles ayant l'air parfaitement cruches online puissent être plus malignes, même juste un peu, en vrai, parce que le reste de leur environnement est peut-être celui où elles livrent cet aspect inconnu d'elles-même. La communauté lolita actuelle me désespère, et pourtant ce qui me rassure ou me rend nostalgique, cela va être des visuels anciens, voire des échanges de parfaite itas sur le plan purement visuel en pleine frénésie de s'approprier les patrons du GLB pour importer un style alors absent. Personnellement j'échange beaucoup plus avec mon environnement IRL (ça aide, tous des artistes qui dessinent ou écrivent), et comme il se trouve par hasard que ce sont plus des hommes, ça me fait plaisir de parler chiffon sur les communautés (filtrées, quand même, il ne faut pas déconner). Il y a moyen d'y trouver son compte, voir de perdre toute raison de culpabiliser.

    Chapeau la réponse d'Anya, je ne l'avais jamais vu comme ça et pourtant tant de "lâcheuses" ont moins trahi le Lolita que celles encore en lice. Je leur reprocherais toujours malgré tout d'avoir planté les graines d'une infantilisation du genre, laissant les fruits pourris pour les suivantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, c'est tout à fait possible. Mais personnellement je viens aussi sur la communauté pour avoir des discussions sur le lolita qui ne sont pas forcément possibles avec des personnes extérieures au mouvement, et il faut bien admettre qu'elles se raréfient. Les personnes que j'estime le plus sont toutes plus ou moins parties des plateformes virtuelles. J'ai tellement attendu de la communauté que reconnaître que pour garder foi en elle il vaut mieux m'en éloigner est difficile.
      Mais quelque part, ce sera sans doute aussi l'occasion de renforcer quelques liens avec des personnes que j'estime.

      Supprimer
    2. Et j'ai un peu trop répété "personnes" dans ma réponse xD Tant pis.

      Supprimer
    3. J'ai fait la même chose avec "visuel" XD, en encore plus mal écrit comme toujours quand je suis sur mon téléphone portable, la vision d'ensemble perdue avec le zoom, & avec toute reprise rendue hyper ardue par le côté tactile ^^;

      Je reconnais qu'en tant que personne assez associale de nature Internet m'a plu au début pour étendre le nombre de personnes avec qui interagir, là où dans la vie réelle on ne sélectionne que les meilleurs et où un nombre équivalent de relations sociales ne serait atteint que pour des raisons géographiques et non de passion commune. Donc dans la situation actuelle, quelque part on revient au point de départ et on passe à côté du "bonus Internet".

      Supprimer
  6. Il est inutile de te dire à quel point mes opinions rejoignent les tiennes sur le vaste sujet du Lolita.
    Plus nous creusons le sujet pour le dégoût de la communauté nous donne un goût amer en bouche... On dit qu'en grandissant l'innocence va, il semble que ce soit de même dans le Lolita car la vision que nous en avions à nos débuts était si belle, lisse, pure et émerveillée. Ce n'est plus le cas d'un point de vue global en effet car comme tu le dis on "apprend" à connaître les personnes de ce milieu et on se rend compte que même un mouvement si raffiné et doux à la base qu'est le Lolita ne l'est pas en réalité puisque de nombreuses personnes peuvent nous montrer l'inverse.
    Se détacher de la communauté c'est respirer et garder finalement pour soi ces petites étincelles qui demeurent de notre début dans cet univers.
    Que dire d'autre? Tant de choses! Mais je t'épargne un pavé plus long... pour le moment!
    Je te souhaite un bon weekend, je t'embrasse et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. En effet je pense qu'apprendre à se détacher de la communauté est nécessaire, au moins par la pensée, en se dissociant du mouvement de masse. Il est difficile d'admettre qu'un dialogue n'est définitivement pas possible, mais bon, parfois il faut aussi savoir être lucide.
      Bon weekend à toi aussi <3

      Supprimer
  7. Quand je suis rentrée dans la communauté lolita il y a de ça des années, j'ai été déçue...je pensais trouver d'autres jeunes filles cultivées avec qui parler, partager savoirs et opinions, nouer une vraie amitié intellectuelle...à part quelques exceptions, ça n'a jamais été le cas. Cet article est très réussi, il reflète parfaitement une partie de la communauté et de celles qui n'en font malheureusement plus parti. J'attends tellement plus du lolita, des lolitas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attendais aussi beaucoup, mais bon. C'était sans doute naïf de notre part d'imaginer que nous avions toutes les mêmes aspirations en tant que lolita. Au moins nous en garderons de belles rencontres, ce qui est déjà énorme au fond.
      Et pour rebondir sur ce que tu dis sur ton blog, oui, la communauté devient un défouloir, mais je ne pense pas que ce soit positif. Je suis entièrement d'accord avec ce que dit Clafoutea en-dessous : l'arrivée en masse de lolis sur FB accentue ce que l'on voyait déjà sur les forums. Questions qui revenaient en boucle, juxtapositions d'avis divers et variés qui n'avaient pas grand chose à voir les uns avec les autres parce que les gens ne prenaient pas la peine de se lire véritablement : j'ai l'impression que ce média nous fait croire qu'il nous rapproche, par la rapidité des interactions entre membres, alors qu'en fait il creuse encore plus rapidement la tombe du dialogue. Au fond chacun ne fait qu'exhiber son avis le plus rapidement possible, comme une course au bon mot... FB est un gigantesque miroir des vanités.
      Quoiqu'il en soit, je te remercie pour son commentaire ^^

      Supprimer
  8. Moi aussi la communauté m'attriste en ce moment.
    En fait j'ai vraiment l'impression que les groupes facebook sont en train de nous tirer vers le bas. Tout le monde ou presque est dessus, au détriment des forums, et niveau qualité ça n'a rien à voir: Quand on poste un nouveau sujet sur un forum on cherche à partager un vrai contenu , alors que sur FB, c'est essentiellement des vagues sondages d'opinion ("et vous vous aimez... ?), des demandes d'aide (comment on utilise un tel shopping service?), des photos de coordi ou des sujets qui n'ont rien à voir avec rien ( vous avez des animaux? Vous jouez d'un instrument de musique?). Forcément, qui va s'embêter à rédiger un article documenté sur Facebook alors que le support n'est pas du tout adapté? J'ai trop de trucs à dire sur les com FB et ça n'a plus grand chose à voir avec ton post, mais je pourrai parler sans fin de l'absence de modération, de l'absence de catégories, des threads qui vivent et meurent en quelques heures, des même sujets sans intérêt qui reviennent en boucle ou comment tout le monde se répète en continu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis entièrement d'accord avec toi. J'en arrivais à peu près au même point dans le looong pavé que j'ai perdu par mégarde, après la discussion que j'ai eue avec Nokturnal : un média aussi instantané que FB ne peut pas être le terreau de dialogues fertiles (et on passera sur le côté cliché de cette image xD). Je comprends totalement que des amies décident de discuter par ce genre de procédés, comme on fait sur la CB pour plaisanter et se détendre le soir, ou pour prendre des nouvelles les unes des autres... Mais lorsque cela devient le lieu dans lequel se définit une communauté, je pense que cela devient problématique.

      Supprimer
  9. Facebook, c'est un des maux actuels de la comm dans laquelle je ne me reconnais pas non plus...

    On fait partie de la minorité désormais. Serons nous les coudes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis inscrite sur FB parce que les forums se mouraient, et que j'étais curieuse de voir ce qu'il s'y passait (parce qu'hélas j'ai moi aussi mon petit côté commère...) Si ça me faisait parfois rire au début, maintenant cela d'attriste plus qu'autre chose. J'essaie de participer à quelques débats, mais généralement j'abandonne parce que cela tourne en rond, ou parce que quelqu'un débarque pour "détendre" l'atmosphère et que cela devient un flood insupportable à lire.

      Vu comme la majorité m'agace, je suis heureuse de ne pas en faire partie xD Oui, serrons-nous les coudes !

      Supprimer
  10. Mince alors, cet article explicite exactement une partie de ce que je tentais gauchement d'expliquer dans mon autre commentaire. Je suis donc en train d'écrire un commentaire inutile qui précise juste que par mes propos assez vagues, j'essayais de traduire mes sentiments qui sont exactement ceux que tu développes dans cet article.
    Et une fois de plus, tu trouves des mots très justes pour exprimer cela. Je trouve ça admirable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, ton compliment me touche, vraiment >_<

      Supprimer

Transparent White Star